Voici le trou noir supermassif qui a la croissance la plus rapide

Des astronomes ont débusqué un monstre vraiment très impressionnant aux confins de l’univers. Alors, certes le quasar nomméQSO SMSS~J215728.21-360215.1 n’est certes par le plus gros trou noir supermassif connu du cosmos mais avec 20 milliards de fois la masse du Soleil, il est assurément dans le peloton de tête (le record est détenu par un gargantua de 40 milliards de masses solaires !). Mais ce qui donne le plus le vertige aux astronomes est sa croissance très rapide : un taux de quelque 1 % tous les millions d’années. A ce rythme-là, on peut imaginer combien il a pu grandir encore et s’enflammer davantage. Car ce qu’a vu le télescope de Siding Spring se déroulait il y a longtemps, il y a quelque 12 milliards d’années…

trou noir supermassif
Portrait par Hubble d’un trou noir supermassif au cœur d’une galaxie

Un trou noir supermassif plein de superlatifs

L’équipe de Christian Wolf, de l’ANU (Australian National University), a constaté, effarée, combien est féroce l’appétit de ce trou noir supermassif. Pas de pitié pour les petites étoiles qui passent près de lui. Les astronomes estiment qu’il fait un festin d’une étoile comme notre Soleil tous les deux jours environ (quand c’est plutôt une étoile par siècle pour le nôtre, Sagittarius A*, tapi au centre de la Voie lactée !). Pour comparaison, si ce quasar ultra-lumineux était au cœur de notre galaxie, il brillerait 10 fois plus que la Pleine Lune ! Voilà qui serait un désastre pour l’observation nocturne, des milliards d’étoiles disparaissant, noyées, dans la clarté d’un trou noir… Mais de toute façon, nous ne pourrions pas être là pour le voir car, comme le souligne l’auteur principal de ces recherches (à paraître dans Publications of the Astronomical Society of Australia et disponible sur Arxiv), « les énormes quantités de rayons X qui en émanent rendraient la vie sur Terre impossible ». L’influence sur sa galaxie-hôte est considérable.

Enfin, un tel quasar est si lumineux qu’ « il peut aider les scientifiques à voir les ombres des objets » qui passent devant… Et ils « aident également à éliminer le brouillard autour d’eux par les gaz ionisants, ce qui rend l’univers plus transparent ».

Un type de quasar extrêmement rare

Découvert dans le proche infrarouge avec le télescope SkyMapper, à l’observatoire de Siding Spring en Australie, le trou noir supermassif a été confirmé par la suite par le satellite d’astrométrie Gaia.

Les chercheurs indiquent que de tels monstres à la croissance si rapide sont extrêmement rares dans l’univers. Ils reconnaissent que pour l’instant, ils ne disposent d’explications sur l’existence de ces phénomènes prodigieux.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018 Xavier Demeersman
Tags from the story
, ,
More from X. Demeersman

Rosetta : début de l’été sur la comète Tchouri

Alors que la Terre essuie la pluie annuelle des « Perséides » (nuit du...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *