Déconstructivisme électronique pour le nouvel album de Squarepusher

Squarepusher

Avec “Hello Everything”, Thomas Jenkinson aka Squarepusher nous livre son dixième album dans des notes toujours aussi hétéroclites et des espaces sonores en mouvement, tantôt teinté de mélancolies, de fureurs, de mélodies, d'algorithmes. Cet artiste majeur de l’écurie Warp qui depuis une dizaine d’années irrigue et influence la musique électronique aux côtés d’autres maîtres comme Autechre et Aphex Twin, que l’on pourrait tous qualifier de savants fous, possède cet irrésistible plaisir de casser les oreilles de ceux qui n’y entendent rien, à en faire hurler les plus grands “avaleurs” de variétés ! Considéré comme l’un des pères de la drum’n bass, préparateur disjoncté d’une électro-dance décoiffante que l’on peut qualifier d’intelligente, l’anglais Squarepusher éprouve une fascination pour la distorsion, les rythmes endiablés qui s'emballent, la frénésie et toutes sortes de détournements de la matière sonore ! Une fois de plus, en l’écoutant, on peut ressentir l’impression de sons passés à travers un prisme : dispersions, transformations, réorientations, requalifications, nouvelles couleurs, nouvelles lumières. C’est une sorte de nouvel éclairage que nous propose ainsi l’artiste.

L’album, dans des proportions différentes des précédents, continue d’être jalonné de fusillades drum’n bass, multiples bugs esthétiques et informatiques, tout en affirmant ses influences jazz et techno voire même ambient. La déconstruction toujours entreprise et le rythme toujours bien présent, on trouve ça et là, des univers plus sages et angoissants, tel l'envoûtant “Orient Orange” qui vient clore l’album sur des notes sombres évoquant un monde industriel noirci. Dans le même élan, placé au centre de l’album, on pensera à un monde désolé avec le titre “Vaccum Garden”, peut-être inspiré par la “Quatrième Dimension”, à une installation dans quelques espaces abandonnés, une usine désertée … comme on en rencontre aux abords des villes ? Pour plus de clarté, on peut trouver une certaine énergie en écoutant le titre “Welcome To The Europe”, qui est un peu le tube de l’album et qui ne cache pas son plaisir de conquérir sur une mélodie radieuse. Une petite gâterie que l’on n’oublie pas de la journée !
Avec ce nouvel album, Squarepusher grossit toujours un peu plus les rangs de ses fans. Une électronique étiquetée de difficile et qui pourtant sait montrer bien des facettes de tendresses avec un soin très prononcé dans la composition et la construction. Manipulation des cordes vivantes, de la basse qui s’agite, la batterie sculptée et battue à main nue. Entre Jazz et électronique, un goût prononcé pour une musique épicée et indomptable. Tant mieux et encore bravo pour cet inventeur qui n’en finit pas de se réinventer. Un univers à posséder dans sa discothèque.

Retrouvez Squarepusher sur l'incontournable et gigantesque MySpace.

More from X. Demeersman

Découverte de grandes galaxies très fluettes qui étonnent les astronomes

A leur grande surprise, des chercheurs ont débusqué des galaxies relativement grandes...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *