Bombardement massif de comètes dans le jeune système Eta Corvi

Tempête comètaire dans le système extrasolaire Eta Corvi
Illustration de la tempête cométaire dans le système extrasolaire Eta Corvi

La jeune étoile Eta Corvi montre certaines similitudes avec notre système solaire lorsqu’il était encore en formation. Les débris d’une comète semblent bombarder une de ses planètes. 

En étudiant l’étoile Eta Corvi, située dans la constellation du Corbeau (Corvi) à 59 années-lumière de nous, des chercheurs ont remarqué la présence d’une bande de poussière. Les observations dans le rayonnement infrarouge avec le télescope spatial Spitzer ont révélé que ce nuage est principalement composé de glace d’eau et de roches. Des indices qui trahissent, aux yeux des chercheurs, la présence d’une comète brisée. Il semble qu’une partie des débris abandonnés s’échouent sur une jeune planète.

Ce scénario fait écho au fameux « bombardement massif tardif » connu des planétologues et archéologues planétaires (…). Dans l’enfance de notre système solaire, tandis que le Soleil n’était pas loin de fêter son premier milliard d’années (soit 1/10e de sa paisible existence !), les planètes achevant leurs formations essuyèrent d’intenses et violents bombardements de comètes. La plupart étaient éjectées et bannies de leur principal « lieu d’accueil », la Ceinture de Kuiper qui se situe aux confins du système solaire. Le principal « fauteur trouble » était le tandem Jupiter-Saturne, en pleine migration (perturbations gravitationnelles). Cette lointaine période était certes redoutable et a transformée chaque planète tellurique en enfer mais l’un de ses bienfaits, paradoxalement, fut l’apport massif d’eau et de molécules organiques …Beaucoup de scientifiques inclinent à penser que les comètes seraient (et sont) – du moins, en partie – à l’origine de la vie sur Terre. Elles distribueraient pour ne pas dire, ensemenceraient les planètes pourvu qu’elles soient accueillantes (Mars, sauf preuves du contraire, n’a pas eu la même chance).

Les grandes taches sombres que l’on peut distinguer à l’oeil nu à la surface de la Lune sont un témoignage toujours visibles de ce bombardement. Des cicatrices qui ont résisté au poids des années (environ 3,8 milliards d’années se sont écoulées depuis) au contraire de la Terre, sans cesse soumise à l’érosion. Notre voisine Mars ou encore Mercure gardent aussi de nombreux stigmates qui ont peu varié dans le temps.

Depuis 2005, les astronomes sont intéressés par l’étoile Eta Corvi, âgée approximativement d’un millard d’années. A l’instar de notre système solaire (d’où la tentation de les mettre en parallèle), un anneau de glace et de roches, relativement lumineux a été remarqué. Il entoure l’étoile centrale à une distance de 170 unités astronomiques (distance moyenne Terre-Soleil soit 149 millions de km) et rappelle naturellement notre « Ceinture de Kuiper », vaste réservoir de comètes.

Source : Spitzer.

Crédit photo : NASA/JPL-Caltech/R. Hurt (SSC).

More from X. Demeersman

Départ imminent pour la sonde Phoenix

  La sonde amèricaine Phoenix est prête pour le départ ! Dès...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *