L’amas globulaire Messier 15 photographié par Hubble

M15 par Hubble
Messier 15 (M15) concentre environ 100 000 étoiles en majorité très âgées ; la petite tâche bleutée prés du centre à gauche est la nébuleuse planétaire Pease 1 – Téléchargez l’image ne haute résolution ici (13,1 Mb).

Photographié par Hubble, le coeur de l’un des amas globulaires les plus denses de la galaxie. Y a t’il un trou noir de masse intermédiaire tapi au centre de cette concentration de 100 000 étoiles ?

Située dans la constellation du célèbre cheval ailé Pégase, non loin de son museau marqué par l’étoile Enif, Messier 15 (M 15) est l’une des concentrations d’étoiles les plus denses connues des astronomes. La majorité des 100 000 étoiles qui garnissent cet ensemble vaste de 160 années-lumière sont âgées de 12 milliards d’années ! Parmi elles, beaucoup peuvent se targuer d’avoir vu grandir notre galaxie.

Outre son étonnante densité de population, M 15 abrite deux corps célestes très rarement observés chez ses congénères. Du moins, pour l’instant (de nombreuses surprises attentent certainement les chercheurs qui étudient ces témoins de la première heure, de la formation des galaxies). L’un de ces signes distinctifs est la présence, au centre de l’amas, d’une masse importante qui suggère soit une concentration d’étoiles à neutrons (reste du cœur d’étoiles qui ont explosées…), soit qu’un trou noir de masse intermédiaire y ait fait son nid. Pour expliquer la présence de ce dernier, les astronomes envisagent trois possibilités : il peut être le fruit de la coalescence de plusieurs « petits » trous noirs stellaires (après l’effondrement d’une étoile ; quelques masses solaires), il peut être issu de la collision d’étoiles massives ou encore, il est peut-être là depuis l’aube de l’univers, apparu quelque temps après le Big Bang…

L’autre caractéristique encore rarement vue ailleurs, une discrète et ténue nébuleuse planétaire. M 15 fut ainsi, il y a quelques années, le premier cas observé à en montrer une. Nommée Pease 1 (PN Ku 648 ou Kürster 648), il s’agit d’une vieille étoile exténuée, qui a épuisée toutes ses réserves d’hydrogène après les avoir « brûlé » durant plusieurs milliards d’années. À présent, elle se libère de ses couches externes.
Evidemment, parler de « à présent » n’est pas tout à fait juste, car ce que l’on voit s’est produit, en réalité, il y a 35 000 ans. Soit le temps qu’a mis la lumière partie de cet amas situé à 35 000 années-lumière du système solaire sur les bords de la Voie Lactée pour venir jusqu’à nous. En l’occurrence, au foyer des caméras WFC3 et ACS du télescope spatial Hubble (à environ 400 km au-dessus de nos têtes).

D’après le dernier recensement, il y aurait un peu plus de 150 amas globulaires qui gravitent autour du centre de la Voie Lactée. Messier 13 (M 13 ou « Amas d’Hercule ») ainsi que Omega Centauri sont parmi les plus beaux et célèbres.

Crédit photo : ESA/NASA/Hubble.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2013 Xavier Demeersman
Tags from the story
, , , ,
More from X. Demeersman

La nébuleuse de la Carène par l’Observatoire de La Silla

Image réalisée par l’Observatoire de La Silla de l’European Southern Observatory (ESO)...
Read More

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *