Plus de 1 000 nouveaux mondes découverts en 20 ans

exoplanet_types_1000

Le cap des 1 000 exoplanètes découvertes a été officiellement atteint le 22 octobre 2013.

Dix huit années après l’annonce retentissante de la découverte de la première exoplanète en orbite autour d’une étoile semblable au Soleil, le cap des 1 000 nouveaux mondes vient d’être franchi. Un chiffre symbolique officialisé le 22 octobre 2013. Une semaine plus tard, le compteur de Extrasolar Planets Encyclopedia affichait déjà 1028 exoplanètes connues appartenant à plus de 700 systèmes extrasolaires différents ! Et ce n’est, bien sûr, qu’un début très prometteur !

Naturellement, le rythme des découvertes est exponentiel. Le cap des 2 000 puis celui des 10 000 planètes devraient être rapidement dépassé ! Sans doute avant la fin de la décennie. Rappelons qu’il y a actuellement pas moins de 3 588 candidates qui attendent patiemment leurs confirmations. Parmi elles, 2 700 ont été débusquées par feu le satellite Kepler. Souffrant de dysfonctionnement de deux de ses roues à réactions, celui-ci a traqué les mondes lointains par la méthode du transit (lorsque une planète, bien que minuscule, passe devant son étoile, la luminosité décroit légèrement ; cela peut être suffisant pour caractériser le corps céleste en orbite) dans une petite fenêtre du ciel — seulement 0,28 % de la voûte céleste —, en direction de la constellation du Cygne et de la Lyre. En l’espace de quelques années, 156 planètes extrasolaires ont été identifiées. Même si il est désormais impossible au télescope spatial de poursuivre la chasse, il est encore loin d’avoir dit son dernier mot, tant la base des données collectées est immense, promettant de nombreuse et inattendues découvertes.

PT_Confirmed

L’inattendu, les astronomes y ont été confronté dés le début des recherches. Explorant l’espace en quête de systèmes planétaires semblables au notre, ce sont des mondes étranges voire même incongrus qui démentaient les modèles de l’époque, qu’ils ont trouvé. D’abord il y eut, en 1992, deux planètes gravitant autour d’un pulsar (coeur restant d’une étoile qui a explosée). Une curiosité parmi d’autres car moins de trois années plus tard, la première exoplanète jamais découverte autour d’une étoile comparable à notre Soleil (en l’occurrence Pegasi 51) est une géante gazeuse moitié moins massive que Jupiter gravitant en 4,3 jours seulement autour de son étoile ! Rien à voir avec “chez nous”. Dans notre système solaire, Jupiter fait une révolution complète en 12 ans ! Loin d’être une anomalie, Pegasi 51 b représente une catégorie observée de nombreuses fois … Le catalogue va ainsi se remplir de Jupiter-chaudes, des géantes qui semblent frôler leur étoile-hôte. Mais alors, notre système solaire serait-il l’exception plutôt que la règle ?
Plus récemment et non moins étonnant, des exoplanètes ont été détectées dans des systèmes complexes d’étoiles doubles ou triples (oui ! comme dans Star Wars !) et même dans l’escarcelle d’amas ouverts (fratrie de très jeunes étoiles). Ce qui semblait autrefois inconcevable est devenu une réalité.

HEC_All_Confirmed

En s’appuyant sur les observations réalisées en moins de vingt ans, des statistiques tablent sur l’existence probable de plusieurs dizaines de milliards de planètes rocheuses de moins de 10 masses terrestres dans notre galaxie peuplée d’environ 200 milliards de masses solaires. Bref, une quantité étourdissante d’autres mondes possibles … La question que tout le monde se pose est combien sont (seraient/ont été) habitables ? Combien sont (seraient/ont été) habitées ? Pour les plus optimistes, la découverte d’une exo-terre est possible à l’horizon de 2015. Pour l’instant, les astronomes ont mis la main sur des super-terres, catégorie intermédiaire entre planète géante et planète rocheuse. Une douzaine d’exoplanètes évoluant dans la zone habitable de leur étoile ont été détectées. Même si dans ces régions la distance à leur étoile permet à l’eau d’exister à l’état liquide, aucune ne semble suffisamment accueillante pour de quelconques formes de vie. Parallèlement, biologistes et exo-biologistes travaillent à mieux définir la vie et identifier tous les milieux favorables à son apparition, son développent.

Cette quête passionnante n’a pas finie de nous surprendre.

Crédit photo : PHL @ UPR Arecibo.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2013 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

Pluie d’étoiles filantes des Géminides

[youtube]http://fr.youtube.com/watch?v=v3fozFrgqfY[/youtube] Vidéo réalisée par une caméra de la NASA. Le temps est...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *