10 ans après son arrivée, Opportunity continue d’étonner

MatijevicFormation

À l’heure des bilans pour son dixième anniversaire sur Mars (la mission ne devait durer que 3 mois initialement), Opportunity est en « pleine forme » et continue de faire des découvertes importantes sur le passé de la planète rouge et son éventuelle habitabilité.

science_jan242014Dans l’esprit d’accompagner les célébrations des dixièmes anniversaires de l’arrivée sur la planète rouge des deux missions Mars Exploration Rover (MER), la revue Science a consacré dans son édition du 24 janvier 2014, une large part à « l’habitabilité de Mars ».
Parmi les nombreux articles, l’un d’eux consigné par le professeur Ray Arvidson (Université de Washington) et toute son équipe en charge du vaillant Opportunity, expose les dernières avancées réalisées par leur petit « protégé ». Débarqué avec succès dans la région équatoriale de « Meridiani Planum », le 25 janvier 2004, le rover équipé de caméras, microscopes, spectromètres, outils de prélèvements, antennes de communication et divers instruments de navigation autonomes, le tout alimenté par deux panneaux solaires, avait une longévité initiale estimée à trois mois. Dix ans plus tard — soit un peu plus de 3 500 sols ou jours martiens — et exactement 38,73 kilomètres de parcourus (un record pour un astromobile), les « opportunités » d’approfondir nos connaissances sur le passé de la planète rouge, « notre voisine de quartier » sont nombreuses grâce au petit véhicule. Très enthousiaste, le directeur à la NASA du projet MER, John Callas, rappelle que « la longévité et les distances parcourues sont remarquables, mais plus importantes encore sont les découvertes qui ont été faites et la nouvelle génération qu’il a inspiré. » Mieux comprendre la planète va aider également à préparer les premières missions habitées envisagées à l’horizon 2030.

Au cours des premières années, Opportunity fut assisté depuis l’espace par l’orbiteur Mars Odyssey lequel, d’ailleurs, a permis aux scientifiques de sélectionner son point de chute (arrivée dans le petit cratère « Endurance »). À partir de 2006, Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a en quelque sorte pris le relais pour le guider sur des sites intéressants sur le plan minéralogique. Aussi, depuis début 2010 et la détection en orbite de la signature spectrale de minéraux argileux riches en fer comme la smectite ferrique (Fe+3), le rover a t’il mené l’enquête sur les bords du cratère Endeavour (22 km de diamètre) durant 200 sols. Plus précisément sur les pentes ouest baptisées « Matijevic Hill », à l’est du site « Cape York ». L’impact qui s’est produit il y a environ quatre milliards d’années au cours de la l’ère dite « Noachien » a ainsi excavé des roches formées plus tôt au cours de cette première période de l’histoire de Mars. Pour les chercheurs, ces témoignages géologiques révèlent un environnement plus humide et doux que celui, plus jeune, acide et oxydant étudié jusque là, lors de ses premières années d’investigations.
Il va sans dire, à l’instar de Michael Meyer, responsable scientifique à la Nasa du programme d’exploration de Mars que « plus nous explorons Mars, plus cela devient intéressant ». Relevant que « cela coïncide avec le dixième anniversaire d’Opportunity sur Mars », le professeur ajoute que « nous découvrons davantage d’endroits où Mars se révèle a avoir été une planète plus chaude et humide dans son passé. » Évidemment, « cela nous incite plus encore à poursuivre les recherches de preuves d’une vie passée sur Mars ».

Les rochers abrasés baptisés "Esperance6" et "Lihir" se situent dans la région de "Matijevic Hill" que continue d'étudier Opportunity. Cette image en fausse-couleur fut capturée avec sa caméra panoramique lors du 3.230 ème sol ou jour martien
Les rochers abrasés baptisés « Esperance6 » et « Lihir » se situent dans la région de « Matijevic Hill » que continue d’étudier Opportunity. Cette image en fausse-couleur fut capturée avec sa caméra panoramique lors du 3.230 ème sol ou jour martien

Même si l’heure est au bilan à travers ces célébrations d’une décennie d’exploration, « il y a encore plus de bonnes choses à venir » se réjouit le chef de la mission Steve Squyres (Univeristé Cornell). Son nom ne vous ait peut-être pas inconnu, car pas plus tard que le 16 janvier dernier au cours de son allocution au JPL sur les grandes étapes qui ont jalonné le long périple d’Opportunity, il annonçait la découverte de « Pinnacle Island« , un caillou de la taille d’un « donut » présent prés du rover alors qu’il n’y était pas douze jours auparavant ! « Nous examinons une roche juste en face du rover qui est différent de tout ce que nous avons vu auparavant. Mars ne cesse de nous surprendre, comme lors de la première semaine de la mission. » Il nous faut encore patienter pour en savoir plus à son sujet.

« En pleine forme », Opportunity continue de travailler sur le lieu-dit « Solander Point ». Par la suite, si tout va bien, il devrait se diriger vers « Cape Tribulation », en direction du sud.

Crédit photos : NASA/JPL-Caltech/MSSS/NMMNHS/Cornell University/Arizona State University.

Article également publié sur Futura-Sciences.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2014 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

En vidéo : magnifique reconstitution 3D de la comète 67P

Visite virtuelle en 3D de la comète 67P, grâce aux images collectées...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *